Accueil >> Coins de pêche >> Bons coins en France  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Bons coins en France"
Nos coups de cœur
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
 
Les gaves du Haut-Béarn (64)



Au cœur du Haut-Béarn, aux alentours d’Oloron Sainte-Marie, les torrents Pyrénéens sont appelés Gaves. La plupart d’entre eux sont réputés car ils possèdent une riche population piscicole et évoluent dans un décor de pleine nature entre piémont et montagne. Ces rivières sont idéales pour pratiquer une pêche active dite sportive. Toutes les techniques de pêche peuvent y être employées, le pêcheur polyvalent sera souvent le mieux récompensé.
Bastion de la pêche aux appâts naturels, les fins pêcheurs ont rendu les truites naturellement méfiantes et la réussite passera par une bonne maîtrise de la technique employée, un peu d’observation et surtout beaucoup de discrétion.
La fonte des neiges rend la première partie de saison aléatoire, néanmoins de belles captures se réalisent à cette période. Dés mi-juin, les eaux deviennent cristallines et stables en niveau, avec des truites plus en forme ce qui rend les parties de pêche plus intenses avec des résultats réguliers.

Situation géographique :

Parcours de pêche :

-  Le gave d’Oloron :

Il né de la confluence du gave d’Aspe et du gave d’Ossau au sein de la ville d’Oloron Sainte-Marie, capitale du haut Béarn et sous préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Cette large rivière d’environ 40 mètres est un axe de communication important via le Somport vers l’Espagne. La population de la vallée est relativement dense. Tributaire de ses affluents, ces niveaux d’eaux sont rapidement changeant et devient impressionnant de puissance en temps de crue. Sa partie haute est plutôt droite avec des fonds alternant de galets, blocs rocheux et strates calcaires. Les courants y sont nombreux. Puis la rivière ralentit au fur et à mesure de son cours, laissant place à des zones de grands plats profonds (pools) très prisés par les pêcheurs de saumon. Les virages et zones encaissées plus en aval lui assurent une certaine vitalité et une bonne oxygénation. Il s’allie avec le gave de Pau au niveau de Peyrehorade, puis à l’Adour pour former le grand Adour. Cette rivière est un axe de poissons migrateurs de premier ordre.
Accès :
La D936 est un itinéraire dont le flux de circulation augmente sans cesse. Reliant Oloron à Peyrehorade, elle accompagne la rivière sur tout son long. Les accès directs sont plus fréquents sur sa partie haute, quelques ponts dispersés permettent de changer de rive.
En terme halieutique :
Rivière de première catégorie sur quasiment toute sa longueur, la truite fario est présente mais plutôt en gros sujets qu’en nombre. La taille de capture est d’ailleurs portée à 30 centimètres depuis le début de la saison 2000. En effet sa croissance rapide, due à un PH basique et une nourriture convenante, amène une truite à maturité lorsque sa taille varie entre 30 et 40 centimètres. La pêche s’effectue avec des méthodes plutôt lourdes : lancer, toc au vers, pêche en nymphe lestée ...
La renommée du gave d’Oloron est surtout due à la présence du poisson légende qu’est le saumon. Son engouement attire des pêcheurs du monde entier. Sa pêche peut paraître longue et fastidieuse mais une prise fait oublier rapidement tous ces efforts. Un autre poisson présent dans la rivière s’avère être un redoutable adversaire : l’alose. Beaucoup de pêcheurs en recherche de sensation la traque dés sa montaison, précédent le frai. Les poissons blancs sont bien présent sur sa partie basse : barbeaux, chevesne ... Leur pêche est parfois intéressante.

Taille légale de capture de la truite : 30 cm

-  Le gave d’Aspe :

Le gave d’Aspe naît à 2 200 mètres d’altitude dans la Sierra de Aisa, à quelques kilomètres de la frontière franco/espagnole. C’est une rivière tumultueuse dans ses premiers kilomètres, une véritable succession de cascades. Quelques minuscules lacs de barrage régularisent ses humeurs. C’est seulement à partir d’Etsaut que son tempérament se fait moindre. Son régime nivo-pluvial lui imprime de fortes eaux au printemps avec de violentes crues, augmentées au fil des années par la diminution des zones d’expansion et des aménagements routiers. Il est à regretter l’utilisation excessive de la force motrice de l’eau à la production d’électricité dénaturant la rivière sur de nombreux kilomètres. D’avril à juin, période de fonte des neiges, le débit est généralement soutenu à très fort. Passé cette époque, les basses eaux laissent à la rivière un visage paisible de couleur bleuâtre pour les profonds et cristallin pour les lisses et les radiers.
Accès :
La nationale 134 suit la rivière sur tout son cours et permet un accès très facile. Sa haute vallée est étroite et encaissée. C’est une des principales voies d’accès vers l’Espagne (axe européen E7) via le tunnel du Somport.
En terme halieutique :
C’est une rivière de première catégorie à forte population salmonicole. La pêche en dérive (au toc) est la technique la plus employée pour leurrer les truites, suivent la pêche à la mouche très recommandée dès la fin de la période de fonte des neiges et la pêche au lancer donnant parfois de très bons résultats. Pour la pêche aux appâts naturels en plus du vers de terreau ou de berge, utilisables toute la saison, pensez pêche aux larves et insectes car ici cela donne de bon résultat. Taille légale de capture de la truite : 18 et 20 cm

-  Le Lourdios :

Affluent du gave d’Aspe, le Lourdios naît dans la forêt d’Issaux à 1 800 mètres d’altitude. La pente moyenne est de 0.9 %, le lit est étroit et encombré. Sa largeur varie de 6 à 12 mètres suivant le faciès de la vallée. Son débit est soutenu durant toute la saison.
Accès :
Suivre la N 134 jusqu’à la sortie d’Asasp, prendre sur la droite la D 918 en direction du village de Lourdios. La route le longe sur pratiquement tout son cours, la partie haute est rendue accessible à ceux que la marche ne rebute pas.
En terme halieutique :
Rivière de première catégorie, ici la truite fario est reine et sa densité est surprenante au vue des pêches électriques. Torrent de montagne assez sportif, le Lourdios mérite bien la renommée qui lui est attribuée. Sa fréquentation est d’ailleurs importante. Un petit conseil : la discrétion sera de mise tant les nombreuses truites sont réactives au dérangement. La pêche aux appâts naturels est très pratiquée, mais un bon moucheur saura tirer son épingle du jeu dès le début de la saison. À partir de juin, l’aube est recommandée aux pêcheurs au lancer.

Taille légale de capture de la truite : 20 cm

-  Le gave d’Ossau :

Le gave d’Ossau prend sa source au col du Pourtalet à 1700 mètres d’altitude. Dans ses premiers kilomètres, il contourne le pic du midi d’Ossau (2 885m) en traversant le parc national des Pyrénées occidentales. Ses eaux sont retenues dans le lac de Fabrèges avant de s’unir avec celles du gave de Bious, alimenté par les lacs de haute montagne (Ayous et Bious-Artigues). À Laruns, il reçoit le Valentin qui descend de Gourette. Là encore, de nombreuses retenues sont dispersées le long du cours, mais de capacité insuffisante, elles n’absorbent pas le volume important des eaux de fontes des neiges ce qui occasionne de violentes crues au printemps. À l’inverse, la période d’étiage laisse aux quelques parcours court-circuités par les centrales électriques, des eaux maigres et justes suffisantes pour la vie de l’écosystème aquatique. En aval d’Arudy, la rivière devient sauvage, bien gardée par la forêt du Baget.
Accès :
La partie haute est facilement accessible de la source à Arudy grâce à l’itinéraire D 934 reliant l’Espagne via le Pourtalet, ensuite les accès se font rares et sont pour la plupart escamotés (une dizaine pour les deux rives sur un tronçon de 20 km).
En terme halieutique :
Le parcours allant d’Oloron à Arudy vous assurera de bons moments de solitude. La rivière d’une largeur moyenne de 25 mètres vous proposera tous les différents postes possibles d’être rencontrés. Son fond alterne les rocs, strates calcaires, cailloux, galets et plages de sables. Si vous vous aventurez dans la forêt du Baget, munissez-vous d’une carte IGN (1546 OT), les méandres sont nombreux et retrouver son chemin n’est pas du tout évident. Cette portion du gave est dotée d’une très importante population de tocans (jeunes saumons), il est interdit de les conserver. Côté truites, la densité est moyenne mais on y touche de belles pièces ; assez lunatiques, elles peuvent se mettre en appétit soudainement.
La partie en dessus d’Arudy est moins physique et technique à pêcher. La pression de pêche y est importante, néanmoins les prises sont fréquentes mais de petites tailles. Large d’environ 20 mètres sur fond de galets, ces bords sont aménagés et facilement accessibles, idéal pour pêcher en famille. La technique de pêche devra évoluer avec la saison et les niveaux d’eau. Très bon aux appâts naturels et au lancer en début de saison. Par la suite, la pêche à la mouche sera de mise.

Taille légale de capture de la truite : 18 & 20 cm

-  Le vert :

Résultat de l’apport de deux cours d’eau, vert d’Arette et de Barlanés, cette riviére nous offre un cadre agréable au travers de son passage dans la vallée du Barétous. Ses deux affluents prennent leur source aux alentours de 1 000 mètres pour se rejoindre à Aramits. De là, la rivière s’étale sur un fond instable, modifié continuellement au gré des crues. La pente est faible et sa largeur varie de 8 à 12 mètres. Il rejoint le gave d’Oloron quelques kilomètres en aval de cette ville.
Accès :
Cette vallée est accessible à partir d’Oloron Sainte-Marie, en direction de la station de ski de la Pierre Saint Martin par la D 913. La route suit alors la rivière à quelques centaines de mètres. Les riverains étant nombreux, on trouve une multitude de chemins et de ponts facilitant son approche.
En terme halieutique :
La fonte des neiges est très vite oubliée ce qui rend à la rivière une activité très précoce. Paradis du pêcheur à la mouche à courte distance, les éclosions débutent dés l’ouverture et sont d’une intensité rare. Au début des années 90 un essai d’introduction de l’ombre a été opéré. Depuis, sa population est restée faible et sa pêche interdite. La truite fario y est présente en densité moyenne mais en général de belle taille (de 25 à 30 cm en moyenne) et bien grasse. Elle est accompagnée de divers poissons blancs, elle semble par périodes désintéressée par l’activité des invertébrés. Les autres techniques de pêche donnent des résultats plutôt par eaux hautes.

Taille légale de capture de la truite : 20 cm

-  Le Saison ou gave de Mauléon :

Ce gave naît de la confluence du gave de Larrau et du gave de Saint-Engrâce. Il prend sa source vers 1 500 mètres d’altitude. Son régime est donc nivo-pluvial avec une période de basses eaux de juin à octobre. C’est un affluent du gave d’Oloron d’une longueur d’environ 40 kilomètres. La partie amont appelée "Canyon" est pittoresque et escarpée. La haute vallée est d’ailleurs très connue pour ses gorges ouvertes au public. Au niveau de Tardets, la vallée s’étale et se voit de plus en plus accompagnée de villages au fil de son écoulement. De nombreux ouvrages hydroélectriques sont à signaler.
Accès :
Le Saison est continuellement longé par une route au moins sur une rive, si ce n’est souvent sur les deux. Ces deux affluents sont aussi suivis par de sinueuses départementales. Cette rivière est facilement accessible.
En terme halieutique :
La partie haute ainsi que les gaves de Saint Engâce et Larrau sont très riches en salmonidés. La pêche s’effectue derrière de gros blocs parsemant la rivière ou dans les multiples "gour" présents au toc ou au vairon manié. La rivière garde des allures de torrent parfois d’une largeur de 20 mètres jusqu’à Licq-Atherey. À partir de là, la rivière entre dans la vallée, son lit s’étale sur de grandes plages de galets et facilite une pêche moins sportive. La pêche à la mouche est très prenante sur tout son cours dés que le niveau des eaux le permet. A noter ces dernières années la présence grandissante de tacons entre Licq-Atherey et Mauléon.

Taille légale de capture de la truite : 18 & 20 cm

En savoir plus :

Pour des informations complémentaires ou pour un enseignement pêche avec un guide sur les gaves, vous pouvez contacter Lionel ARMAND par le biais de son site Internet :
www.guidepechepyrenees-64.chasseurdetruites.com

Réglementation :

Contacter la Fédération des Pyrénées-Atlantiques pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
12, boulevard Hauterive
64000 PAU
Téléphone : 05.59.84.98.50 - Fax. 05.59.84.98.54

AAPPMA du Gave d’Oloron
8, place de la résistance
64400 Oloron Sainte-Marie
Téléphone / fax : 05.59.39.68.12

Office de tourisme d’Oloron Sainte-Marie Pyrénées
Villa Bourdeu
64400 Oloron Sainte-Marie
Téléphone : 05.59.39.98.00

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com